Infos pratiques

Le prix d’une basket : comment une marque le fixe t-elle ?

Par Sneakers-actus , le 27 mars 2013 - 3 minutes de lecture


Comment une marque fait-elle pour fixer le prix d’une basket ? Pourquoi les prix ont-ils fortement augmenté ces dernières années ? Ces questions sont récurrentes. Je vais essayer d’y répondre sans vous noyer dans les détails. Plusieurs postes doivent être pris en considération :

1/La recherche et développement (design, recherche pour concevoir une nouvelle technologie…)

Nike a travaillé pendant plusieurs années sur la technologie Shox. Entre le design, le tests…. Beaucoup d’argent est investi. Ce poste n’est plus valable pour les plus anciens modèles. A titre d’exemple, les coûts pour la Air Force 1 ont largement été amortis depuis bien longtemps. Nike a vendu plusieurs millions d’exemplaires de ce classique.

2/Le prix de la matière première

Il est fortement influencé par la bourse. Des évènements tels qu’une catastrophe naturelle peuvent également justifier son augmentation. Je vais vous donner un exemple parlant qui sort de l’univers de la sneaker. Vous souvenez vous des inondations en Thaïlande en 2011 ? Les prix disques durs avaient doublé, car un 1/4 de la production mondiale est réalisée dans ce pays.

3/Le coût de la main d’oeuvre

Plus les volumes sont importants et plus une marque peut négocier un prix bas auprès des fournisseurs. L’essentiel de la production se fait en Asie. Un changement est entrain de s’amorcer. En 2000, Nike réalisait 40% de sa production en Chine. Le rapport de force s’est inversé au profit du Viêt-Nam. En 2010, 37% de la production y a été faite contre 34% en Chine.

4/Le transport

Je ne vais pas entrer dans les incoterms… Les logisticiens définissent quels vont être les meilleurs moyens de transport (transport maritime, train, camion….). En fonction du moyen choisi, le coût et la durée vont varier. Notez une chose importante : le cours du pétrole n’a cessé d’augmenter depuis quelques années. Forcément le prix final est impacté. N’oublions pas les frais de douane non plus.

5/La communication (publicité, sponsoring, évènements)

L’avènement des médias sociaux a profondément fait évoluer la manière dont les marques communiquent. Elles peuvent faire des économies substantielles.

6/La marge de la marque

C’est un véritable tabou. D’après le magazine Capital, Nike prendrait une marge de 18% sur une paire. Dans le cas d’un produit haut de gamme, la marque la gonfle pour obtenir un prix final plus élevé. C’est une question d’image.

7/ la marge de la boutique

Même si elle a la liberté de fixer son prix, la marque lui en suggère un. Il vaut mieux le respecter sinon le consommateur risque de filer à la concurrence.

8/ La TVA (19.6%)

Sneakers argent

Commentaires

Le 28 mars 2013 à 12 h 54 min, Shepa a dit :


Le cout de la main d'oeuvre.. On sait comment Nike réalise la majeure partie de ses marges. C'est banal de le dire tellement tout le monde s'y est habitué mais je crois qu'on devrait toujours le garder en tête. Les populations chinoises, vietnamiennes, indonésiennes sont exploitées et les mutinationales comme Nike jouent sur la légalité et les différentiels des salaires, des "smic", les durées de travail.. Les employés de ces usines sont payés environ 3 euros par jour. Ce qui donne un salaire mensuel d'environ 80 euros, à peine de quoi s'acheter une demi Jordan.. Sans compter sur le travail des enfants (soit disant traqué par l'ensemble de ces multinationales..). En fermant les yeux (moi compris) on cautionne ces traitements et l'absurdité d'un système.
Et comme disait Squat:
"Hey BBoy, BGirl
Tu kiffes Adidas ?
Reebok, Nike, tu kiffes aç ?
Le salaire annuel cumulé des 6500 employés
Travaillant pour Nike en Thailande et en Corée du sud
Equivaut à la moitié de ce que gagnaient les 13 membres
Du directoire de la firme, dont j'affirme
Qu'une paire de chaussure vendue 400 francs
Peut avoir généré un salaire de 70 centimes seulement
C'est ouf, non ? C'est ouf, non ?"...


Le 28 mars 2013 à 16 h 37 min, The boss a dit :


Je suis d'accord avec toi mais si on achète pas, la situation ne serait-elle pas pire ?


Le 28 mars 2013 à 18 h 09 min, Shepa a dit :


Bah je sais pas. Tu veux dire que si on achetait pas il n'y aurait plus de travail pour ces employés? Peut-être mais je ne crois pas. Ce serait céder devant la recherche infinie de profit des firmes. La solution semble difficile à mettre en oeuvre et plutot floue.. Ce serait un truc du genre inciter les firmes à engendrer un travail plus "moral" (mot fragile et un peu fourre-tout j'avoue). Tirer les salaires vers le haut plutot que vers le bas en exploitant les brèches. Meme si aujourd'hui l'économie fonctionne sur les différences de niveau de vie, de couts de production, de main d'oeuvre, on pourrait imaginer un accord "gagnant-gagnant". Peut-on décemment payer un ouvrier moins de 100 euros pour des semaines de 60 à 70h..? Et meme si le coût de la vie n'est pas le même à Paris qu'à Bangkok, ça reste dérisoire et insuffisant pour pouvoir vivre tranquillement. Il faudrait pour ça des règles internationales strictes et communes.. Que les multinationales acceptent de faire beaucoup de bénéfices pluôt qu'en faire énormément serait déjà un bon début..


Le 29 mars 2013 à 2 h 30 min, EDB a dit :


Ben je ne pense pas que les ouvriers chinois (ou d'autres pays d'asie) se plaignent foncièrement de leurs conditions au sein des usines Nike. J'habite en Chine et travaille dans l'industrie et peut te dire que j'ai vu des ouvriers travailler pour des usines d’état ou les conditions sont bien pires et les ouvriers ne s'en plaignent pas...Ils ont un boulot et c'est ça qui compte! Mais c'est vrai qu'on voit apparaître de plus en plus de contestations... Seulement, quand c'est Nike (ou Apple...c'est un bon exemple aussi...), ben ça fait du bruit dans la presse occidentale parce que c'est des marques a succès! Si c'est la marque 'Chang' qui exploite ses ouvriers, tout le monde n'en aura rien a braire en France.... Bref, tout ça pour dire que Shepa, tu me sembles être un pure produit pervertie par la presse subjective occidentale...mais c'est pas grave...l'essentiel étant de s'en rendre compte!


Le 29 mars 2013 à 12 h 00 min, Shepa a dit :


Un pur produit perverti par la presse occidentale..?
Joli. On me l'avait pas encore faite celle-là. Peut-etre n'es tu alors qu'un pur produit perverti par l'ultracapitalisme mondial préférant fermer les yeux sur l'exploitation d'une main d'oeuvre bon marché et necessairement docile afin de mieux assumer ta vie de privilégié occidental..?
Tu habites en Chine? J'imagine que tu touches un salaire d'ouvrier non qualifié chinois et que tu partages leur condition de vie..?
Le monde à l'air toujours beau vu du coté brillant.
Les ouvriers ne se plaignent pas plus que ça..? Tu te bases sur quoi pour dire ça? Tu les as pas vu dans la rue, avec des banderoles et des merguez? Du coup ils ne se plaignent pas..?
"Ils ont un travail, c'est ça qui compte..?"
Donc peu importe le salaire et les conditions de vie du moment qu'il y a labeur ?
Pure réthorique occidentale (de droite) que de croire que le travail est la réussite absolue.
Bref, EDB (a moins que tu ne sois Jean-Marc Sylvestre) je sais qu'il est de bon ton de dire que les populations dominées et exploitées préfèrent leurs conditions actuelles que rien du tout, ça permet de ne jamais remettre ce beau système dans lequel on vit et par la meme occasion de ne jamais se remettre en cause soi-même.
Je ne m'érigeais aucunement en donneur de leçon avant que tu débarques et juge mon propos sur la base de quelques lignes. Comme tu le vois je peux te rendre l'appareil. Je fais partie de ce monde, plutot du bon coté de la barrière, et j'achète ces pompes faites par des populations exploitées. Je veux juste rester conscient de ce qui m'entoure, ce qui m'arrive tout pret dans la bouche ou dans les pieds. Je ne suis pas un exemple. Peut-etre un occidental qui s'autoflagèle, sous les conseils
d'une presse subjective, afin de mieux assumer sa position de "mieux loti"? Joli ça
nan? Allez je te l'offre.
Peace


Le 29 mars 2013 à 17 h 55 min, Mitch a dit :


Ce qui choque ici et je suis d'accord avec Shepa c'est le différentiel entre la valeur des shoes et le salaire des ouvriers et Shepa a bien expliqué son argumentation avec chiffres à la clé. En Allemagne il y a des gens payés 400 euros/mois. Donc si je suis ton raisonnement il faudrait que je sois heureux si mon patron me baisse mon salaire tant que je suis au dessus de 400 euros.
Avec un tel raisonnement tu appuies le capitalisme néo-libéral et d'ailleurs tu le dis toi même que tu en fais partie. Les méthodes employées par ces multinationales sont scandaleuses à un tel point que parfois il n'y a pas une grande différence entre leurs manières de procéder et celles des mafias. D'ailleurs tu remarqueras que la plupart des mafieux se considèrent comme des hommes d'affaires.


Le 30 mars 2013 à 14 h 38 min, shoeprize a dit :


"Les méthodes employées par ces multinationales sont scandaleuses à un tel point que parfois il n’y a pas une grande différence entre leurs manières de procéder et celles des mafias. D’ailleurs tu remarqueras que la plupart des mafieux se considèrent comme des hommes d’affaires"

Tellement vrai...


Le 30 mars 2013 à 2 h 39 min, Shepa a dit :


Merci pour l'appui Mitch. Ça me rassure de voir que certains sneaker addict voient plus loin que le bout de leurs pieds.
Les différences entre coût de production, prix de vente, salaire engendré sont significatives. Le kif des sneakers nous mène parfois face à des dilemnes. Entre ethique, valeurs et passion.. Et il est bon qu'on en rende compte je crois.