Rihanna, la première artiste à booster les ventes d’une marque de sneakers

Rihanna, la première artiste à booster les ventes d’une marque de sneakers post image

Le meilleur contrat liant une célébrité à une marque. C’est le constat que les spécialistes font au sujet de la collaboration entre Rihanna et Puma. La marque de sportswear a décroché le jackpot en embauchant la pop star originaire de La Barbade. Son influence sur son chiffre d’affaires a été immediate. Aux Etats-Unis, les ventes de sneakers pour femme portant le logo du félin bondissant ont augmenté de 40% en 2015 (alors que la croissance de ce marché est estimé à 8% !). Un cas d’école. A l’inverse, celles d’Adidas ont été négatives ces 2 dernières années et ceux malgré la signature de Kanye West. Un pied nez dont la marque aux trois bandes se serait bien passé quand on connaît la rivalité historique entre les 2 griffes. Comment expliquer que Rihanna ait réussi là où tant d’artistes ont échoué ? Bien que galvaudé, le mot influenceur prend tout son sens avec Fenty. Pour Tom Ford, elle a plus d’influence que n’importe quel magazine de mode. Rihanna est une muse. Ses fans se rendent sur les réseaux sociaux pour observer son attitude et son style. Une étude sur les personnalités les plus bankable pour les marques vient corroborer les dires du styliste. Rihanna arrive en première position, suivie de près par Beyoncé. Les chiffres parlent en sa faveur : 61 millions de followers sur Twitter et 38 millions sur Instagram. Puma ne s’est pas trompé l’embauchant. Le marché de la sneaker pour femme dispose d’un potentiel sous exploité. Certes les femmes achètent moins de sneakers que les hommes mais il existe une véritable demande qui demeure insatisfaite à ce jour. L’influence c’est bien mais encore faudrait-il avoir un produit adapté à sa cible. Des modèles tels que la Puma Creeper, une sneaker créée par une femme uniquement pour les femmes, viennent combler un manque. Malgré les progrès observés ces dernières années, les meilleures exclusivités restent masculines. Il est plus facile de se développer sur un marché en croissance. Celui pour les hommes est saturé par une offre abondante et ça Puma l’a parfaitement compris.

Photos : Wishatl

Comments on this entry are closed.

  • beavis Mai 11, 2016, 3:12

    Petite précision, bien qu’étant « concurrentes » les deux marques Adidas et Puma, appartiennent au même groupe. On a donc affaire à une vraie/fausse guéguerre. Je dis ça je ne dis rien 🙂

    • Datboy Mai 12, 2016, 8:24

      Je crois que c’est reebok et adidas qui sont dans le même groupe. Adidas et Puma ont été crée par deux frères qui se sont sépares au cours de la seconde guerre mondiale.

  • NGL Mai 18, 2016, 2:09

    Peut etre que le prix de la paire y est pour quelque chose?
    Si on compare la yeezy et la fendi c’est pas le même prix, donc déjà ca écarte du marché certaines personnes. Et puis l’offre sur le marché ne sont pas les mêmes non plus pour la fendi l’offre et la demande sont a peu près équivalente si on la veut vraiment il est possible de la trouver. Tant dis que la yeezy a une offre bien inférieur a la demande, ce qui par conséquent fait augmenté son prix sans pour autant augmenter les ventes (c’est voulu en même temps) (même si je pense, c’est mon avis, que la yeezy se vend que parce que celle ci est associé au nom de Kanye West). C’est un réel buisness la sneakers quand même..